"MILLE OISEAUX NOUS AURONT FASCINES"

Denys VINZANT

Pour 2 pianos et 2 bandes audio numériques.

Dessins précis de petites cellules et jeu de résonances sous forme de huit feuillets pour chaque pianiste qui choisi l'ordre dans lequel il les jouera. Le principe même de l'écriture, dans la juxtaposition des deux pianos, laisse toutes rencontres possibles tel un paysage, où de multiples choses sans rapport ni coïncidence entre elles, coexistent, et où le regard choisit de se poser ici ou là. Des correspondances s'établissent néanmoins au cours du temps entre les deux pianos dont les événements - d'un caractère contemplatif, effleurés, juste perçus un instant - s'organisent en réminiscences diverses, structures rétrogrades ... A chacune des parties en correspond une sur la bande déclenchée par le pianiste, qui s'inscrit dans le prolongement de l'écriture, comme un double, un reflet ou un miroir. Indépendamment de l'ordonnance choisie et de l'espacement entre les cellules laissé à la juste appréciation des pianistes, plusieurs interprétations sont possibles : jouer toutes les pièces ou seulement un certain nombre , marquer des temps d'arrêts, laisser un des deux pianos seul un instant ...etc.

Pièce créée le 3 Février 1995 par Roland Meillier et Eric Beaufocher à l’Auditorium Cocherau du Conservatoire Massenet de Saint-Etienne dans le cadre des journées de Musique Contemporaine organisées par GRAME et Saint-Etienne en musique.

Reprise le 7 Mars 1995 à L'embarcadère à Lyon en avant première des Musiques en Scène.